Tous les produits qui se trouvaient dans la ‘Boîte à outils’ du site de la FIBA sont maintenant disponibles sur le site du Réseau régional d’Aires Marines Protégées en Afrique de l’Ouest (RAMPAO). D’autres documents peuvent également être retrouvés sur le site du Partenariat Régional pour la Conservation de la zone côtière et Marine en Afrique de l’Ouest (PRCM).

Vous trouverez ci-dessous d’autres produits de capitalisation intéressants relatifs au programme Afrique de l’Ouest de la MAVA:

icon-PDFParoles d’Urok ! Enseignements et impacts de l’Aire Marine Protégée Communautaire des îles Urok (Ambroise Brenier, Emanuel Ramos, Augusta Henriques)

L’Aire Marine Protégée Communautaire (AMPC) d’Urok est la première du genre en Guinée-Bissau. Elle est un exemple pour la sous-région. Sa spécificité réside dans l’effort d’intégrer la conservation, le développement local et la gouvernance participative. L’étude menée par l’ONG Tiniguena a permis de lister les principaux enseignements tirés de l’expérience de création de l’AMPC des îles Urok et de dresser un tableau de bord d’indicateurs d’impacts de l’AMPC.

 

icon-PDFItinéraire de création d’aires marines protégées en Afrique de l’Ouest: expériences et leçons apprises

Ce document est le fruit d’un travail d’analyse de document et d’interviews, réalisé par Yves Renard et Oussouby Touré en 2012, portant sur l’histoire d’une dizaine d’Aires Marines Protégées en Afrique de l’Ouest, se focalisant sur les processus ayant conduit à leur création. Il a permis de valoriser les expériences cumulées et le savoir-faire acquis par différents partenaires impliqués dans la mise en place d’AMP d’une part et de tirer les principales leçons, de formuler des recommandations et de faire connaître les meilleures pratiques aux acteurs de la sous-région.

 

icon-PDFTransco : retour d’expérience de l’accompagnement structurel d’ONG locales

Le projet Transco est un projet de renforcement institutionnel mené auprès de 4 organisations partenaires de la FIBA dans le cadre de la conservation du littoral au Sénégal, en Guinée Bissau, au Cap Vert et en Mauritanie. Après une première phase de 4 ans et demi, de 2010 à 2014, ce document de capitalisation retrace la démarche et les actions concrètes menées et porte un regard sur les changements en cours.